Nous souhaitons une ville plus solidaire

Le modèle économique vitréen s’est construit en laissant penser que l’emploi faisait office de solidarité.

Chacun aurait dû par son travail s’intégrer, trouver sa place. Cette conception de la solidarité est aujourd’hui inadaptée face aux modifications du travail et à la baisse des services publics .

> Notre diagnostic

  • > Le paysage économique évolue : certaines entreprises familiales disparaissent, plusieurs grands employeurs appartiennent désormais à des fonds de pensions ou à des multinationales.
  • > De nombreux emplois d’ouvriers et employés sont marqués par des conditions de travail difficiles et par la précarité. Face à cela, les organisations syndicales n’ont pas reçu suffisamment de soutien des pouvoirs publics.
  • > Les perspectives de carrière dans les entreprises, les services de la ville et de la collectivité sont faibles comme en attestent les salaires en fin de carrière.
  • >Les Vitréens se questionnent sur certains services publics : école publique déconsidérée, chute du nombre d’assistantes maternelles, transport public inadapté, manque de personnels de santé, effectifs de la police municipale..

Notre vision

Notre projet de territoire s’articule autour de propositions organisant la solidarité au travail et développant les services publics.


Parallèlement, la politique sportive et culturelle est porteuse de solidarité. Celle-ci intègrera les nouvelles modalités de pratiques sportives et les demandes culturelles des Vitréens, en portant un oeil attentif à la jeunesse des quartiers. Les acteurs associatifs seront partie prenante des décisions.


La politique de transport par le maillage des territoires permet la solidarité et nécessite la participation de tous les acteurs. La collectivité sollicitera les entreprises afin qu’elles contribuent au développement du transport public.

A ce jour, leur participation au transport n’existe pas dans Vitré Communauté, quand elle est de 2 % de la masse salariale à Rennes et de 0,5 % à Fougères.

Nous construirons une ville solidaire en favorisant les initiatives intergénérationnelles et le partage des savoirs. Solidaire en améliorant l’accessibilité des personnes en situation de handicap et en installant la commission extra-municipale dédiée.

#1 Nous souhaitons une ville solidaire par ses services publics

L’accès à des services publics de qualité est pour nous une priorité. Il s’agit d’un atout pour notre territoire qu’il s’agit de défendre et de développer. Nous militerons très fortement auprès des différents acteurs pour le développement de l’hôpital de Vitré et sa rénovation. Au-delà du service public hospitalier, nous investirons dans les personnels qui garantissent la qualité du service public  (médiathèque, éducateurs sportifs et culturels, police municipale).

De nombreux salariés travaillant à Vitré sont concernés par des horaires de travail irréguliers ou décalés,  ce qui est source de difficultés pour de nombreuses familles pour assurer une garde des enfants. Pour répondre à cette véritable demande,  nous créerons une crèche publique multi-accueil à horaires atypiques,  ouverte le week-end (samedi-dimanche) mais aussi tôt le matin ou tard le soir.

Nous rapprocherons la maison médicale de garde du centre hospitalier de Vitré. Comme à Fougères, la proximité de ces deux services est complémentaire et permet ainsi de désengorger les services des urgences. 

#2 Une ville qui favorise le vivre-ensemble

Nous souhaitons créer sur «un ou plusieurs week-ends un « festival des quartiers vitréens», organisé par la municipalité. L’objectif ? Impulser des fêtes de quartier sur ces week ends et ainsi favoriser la rencontre et la convivialité dans les quartiers et entre les vitréen.s.  

Ce festival des quartiers pourrait être co-organisé avec les associations et les habitants. La mairie organise et offre les éléments techniques permettant ces fêtes de quartiers. En effet, aujourd’hui, les fêtes de quartier sont pour la plupart provoquées à l’initiative d’un.e habitant.e, mais certains quartiers n’ont aucune fête de quartier. L’idée est de la provoquer pour pouvoir la pérenniser dans le temps en associant les habitants.

Beaucoup de jardins existent aujourd’hui mais ils sont privés. Ces jardins et potagers publics pourraient être des lieux de rencontres, de partage et du faire-ensemble. Ils seront initiés par la municipalité et co-gérés par les habitant.e.s des quartiers en lien avec les services municipaux.

#3 Une ville plus solidaire par l'éduction

En matière d’éducation, « Vitré Solidaire et Écologique » affirme son attachement au service public de l’enseignement.

 

Aujourd’hui les familles des quartiers Nord de la ville, désireuses d’inscrire leurs enfants à l’école publique sont, au regard de la carte scolaire établie par la majorité municipale, renvoyées vers l’école maternelle et l’école élémentaire du Château situées en centre-ville. Ces déplacements contraints participent de fait à la densification importante de la circulation automobile dans le cœur de ville aux « heures de pointe ».

 

De la même façon et à l’exception des municipalités de Val d’Izé et de Châtillon en Vendelais l’offre d’une école publique est absente dans les communes du Nord de Vitré Communauté. Cette situation est contraire au code de l’éducation qui stipule : « une commune doit être pourvue d’au moins une école primaire publique ».

Élus de « Vitré Solidaire et Écologique », nous condamnons cette situation et formulons les propositions suivantes :

Nous proposons la création d’une école maternelle publique au nord de la ville dont la garderie le matin comme en fin d’après-midi serait ouverte aux enfants scolarisés à l’école élémentaire du Château

En lien avec cette proposition, nous mettrons en place un service de navette entre les deux lieux d’enseignement afin de faciliter les déplacements des écoliers de 6 à 11 ans.

 

À plus long terme et au regard du développement des quartiers Nord de Vitré et des communes périphériques, la transformation de l’école maternelle publique en école primaire sera à évoquer avec la direction départementale de l’Éducation nationale.

 

Élus de Vitré communauté, nous participerons avec nos collègues conseillers communautaires des communes rurales à la réflexion pour la création d’une alternative à l’offre scolaire privée sur leurs territoires.

Élus de Vitré, nous organiserons en concertation avec la communuté éducative et les parents d’élèves  un réseau « pédibus » afin de favoriser les déplacements à pied domicile /école. Ce dispositif à haute valeur éducative permettra de favoriser une activité physique quotidienne en limitant le recours à la voiture. Les écoliers seront ainsi acteurs de la préservation de l’environnement. Des agents municipaux seront chargés de la coordination du dispositif. Ils pourront également être  sollicité pour encadrer avec les familles des lignes « pédibus ».

La loi « Pour une école de la confiance » du 28 juillet 2019 rend obligatoire l’instruction dès l’âge de 3 ans. Dans ce cadre, nous veillerons à maintenir une ATSEM par classe maternelle, tant ce binome avec l’enseignant(e) nous semble indispensable dans l’accompagnement du jeune élève.

Nous favoriserons l’inclusion scolaire des enfants en situation de handicap par :

  • la mise en accessibilité de toutes les écoles publiques de la ville,
  • la mise à disposition quand de besoin d’AESH (ex AVS) sur les temps périscolaire, en particulier à la restauration scolaire et à la garderie,
  • une concertation active avec les établissements médico-sociaux de Vitré et de Vitré Communauté sur les perspectives d’unités d’enseignement externalisées.

 

Nous serons présents dans les conseils d’école attentifs aux besoins des équipes  pédagogiques et des représentants des parents d’élèves

Nous avons exprimé de nombreuses réserves quant à l’installation de la gare scolaire sur l’allée verte.

Élus de Vitré et de Vitré Communauté, nous serons particulièrement attentifs à la sécurisation d’un site qui nous semble aujourd’hui très imparfaite.  

#3 Une ville plus solidaire par la culture

Vitré Solidaire et Écologique affirme son ambition d’une politique culturelle accessible à toutes et à tous sur le territoire de Vitré comme sur celui de Vitré Communauté.

Élus de Vitré, nous soutiendrons avec enthousiasme les grands rendez-vous vitréens et populaires que sont :

  • le don jigi fest, festival musical et solidaire,
  • les sportiviales, rendez-vous sportif et culturel des associations vitréennes,
  • les fanfarfelues, rencontres, place du château des musiques cuivrées sur 3 jours,
  • le festival du cinéma iranien, petit dernier de ces festivals qui fondent l’identité culturelle et éclectique de notre ville.

Nous participerons à la création d’un lieu alternatif de création et de diffusion culturelle ouvert à l’ensemble des formes d’expression, musique, théâtre, arts plastiques, cinéma…

Parce que nous pensons également que la culture doit sortir des salles de spectacles et sur le modèle de ce que furent « les fête du bocage vitréen », nous encouragerons la diffusion du spectacle de rue.

 

Les classes à horaires aménagés musique de l’école Jean Guéhenno permettent à des jeunes élèves de Vitré et de Vitré Communauté de suivre une formation musicale sur le temps scolaire. Nous nous en félicitons et nous engagerons des négociations avec le rectorat de Rennes afin de prolonger ce dispositif CHAM au collège.

Élus de Vitré et de Vitré Communauté, nous créerons un passeport Culture afin  d’encourager le jeune public à fréquenter les salles de spectacles. Étape nécessaire à l’envie de devenir soi-même acteur culturel.

Enfin nous veillerons à l’accessibilité des lieux de diffusion. Ascenseur, rampe d’accès, boucle magnétique, audiodescription, autant d’outils indispensables pour l’accès à la culture des personnes en situation de handicap.

#4 Une ville plus solidaire par le sport !

 Création d’un Office Citoyen des Sports

 

1/ Introduction :

Vitré est reconnue pour être  une ville sportive  Un soutien important de la municipalité, de nombreuses installations, du sport de haut niveau, beaucoup de pratiquants de tous niveaux, un grand choix d’activités fondent  les bases du bilan de l’actuelle majorité.

Une affirmation dont nous sommes fiers, néanmoins la  réalité quotidienne sur les terrains est  plus discutable pour tous les habitants de la ville.

 

2/ Etat des lieux d’aujourd’hui.

En effet, la politique sportive décidée à l’échelon communautaire n’est pas en lien avec les acteurs du sport sur le territoire. Un office des sports et des Loisirs a existé mais s’est éteint. Des circuits de décision peu transparents fonctionnent et laissent les dirigeants des structures plus petites esseulés.

 

3/ Intérêt de l’objectif, pourquoi nous voulons aller plus loin ?

En terme de pratique sportive également, Vitré Pas Sans Nous s’engage dans la continuité de son projet démocratique et redonne la parole aux citoyens. Plutôt que de lister, dés à présents, les futurs projets qui sont nécessaires, il nous parait indispensable de redonner la parole aux acteurs du monde sportif et de créer les structures d’un dialogue entre acteurs.

 

4/ Propositions

Cette structure constituera  une force de discussion et de proposition en direction des  élus en charge de la gestion du domaine des Sports. Nous l’appellerons l’OFFICE CITOYEN des SPORTS.

 

Organe de  consultation extra-municipale, il sera constitué de trois tiers : des élus, des représentants du monde sportifs élus par leurs pairs (Dirigeants, Techniciens, Professeurs EPS), et des pratiquants.

 

Il se réunira de manière régulière 3 fois par an et de manière exceptionnelle, sur demande de la majorité de ses membres.

 

Dès son installation,  sa première mission sera  d’organiser dans la logique du PSL de 2009, mais avec plus de pouvoirs,  une grande consultation ouverte à toutes et  à tous pour définir ensemble les futures orientations de la politique sportive de la ville.

 

Nous retenons aujourd’hui comme nécessité :

 

- la création d’un équipement structurant avec une implantation dans la ville à définir

- la réhabilitation de salles de petites et moyennes tailles à destination des écoles primaires et des associations.

- la prise en compte dans les subventions de la ville des différents modes de pratique (pratique de loisirs, pratique libre) et non seulement, la pratique compétitive

#5 Anticiper l'économie de demain !

1/ Introduction :

L’évolution récente de l’économie vitréenne ces dernières années se caractérise par sa financiarisation ; de nombreuses entreprises ne sont plus détenues par une famille mais par des fonds de pension ou de très grands groupes, et par l’adaptation des entreprises aux nouveaux modes de consommation (baisse de la consommation de viande, de lait industriel, difficulté du marché automobile). En conséquence, les parcours professionnels des vitréens ne sont plus linéaires, mais marquées par des changements de postes, de missions, d’entreprises.

Nous souhaitons accompagner les salariés dans leurs parcours professionnels en leur donnant accès à des informations indispensables sur l'emploi, la formation, le droit du travail.

Alors  « Pourquoi pas Vitré ? »

 

2/ Etat des lieux d’aujourd’hui.

Les catégories professionnelles des ouvriers et employés de la zone d’emploi de Vitré représentent 31,5% de la population vitréenne de plus de 15 ans, soit la plus grande part des catégories socioprofessionnelles. Cette catégorie de travailleurs est surreprésentée à Vitré et Vitré communauté.

L’accès aux représentants des travailleurs est difficile pour nombre de salariés vitréens. Les entreprises familiales étaient peu dotées de structures syndicales et la financiarisation de l’économie vitréenne a durci les conditions de travail sans promouvoir l’activité syndicale. Dans ces conditions le fait que la maison de l’emploi n’accueille pas les syndicats est simplement scandaleux.

Parallèlement, l’accès aux formations pour les travailleurs reste cantonnée aux propositions des organismes patronaux de formation. De sorte que de nombreux travailleurs et intérimaires, arrivés sur Vitré pour des postes dans les  entreprises demandeuses de main d’oeuvre, nous disent se sentir piégés quand ils souhaitent sortir de ces métiers difficiles.

Cette absence de perspective professionnelle se traduit statistiquement. dans les salaires bruts horaires. Les salariés de plus de 50 ans de la zone d’emploi de Vitré gagnent 1,80 euro brut de l’heure de moins que la moyenne départementale. La différence n’est que de 0,90 euros pour l’ensemble des travailleurs comparés à leurs homologues d’Ille et Vilaine.

Il est à signaler que l’accompagnement des personnes licenciées économiques est effectif par les services de la maison de l’Emploi. Les réductions d’effectifs des chambres d’agriculture et du commerce et de l’industrie limitent la potée aux travailleurs vitréens.

 

3/ Intérêt de l’objectif, pourquoi nous voulons aller plus loin ?

Dans un contexte fiscal et foncier extrêmement favorable aux entreprises, nous pensons que les pouvoirs publics locaux doivent tout mettre en œuvre pour permettre aux salariés de faire valoir leur droit au travail et de trouver ou retrouver du sens à leur travail.

Le dispositif d'accompagnement des travailleurs permettrait d'orienter les travailleurs dans leurs parcours professionnels, de les armer face à une économie locale en mutation, de limiter leur dépendance à leurs employeurs ou clients.

 

 4/Propositions

Nous proposons dès lors :

                - d'installer les syndicats à la maison de l’Emploi

                - de proposer des formations en droit du travail et d’aider les salariés dans leurs projets de reconversion par une utilisation choisie de leur compte personnel de formation

                - d’orienter les budgets allouées au développement économique par Vitré Communauté vers l’accompagnement des travailleurs

                - d' accompagner les agriculteurs face aux changements des modes de consommation et les associer au projet de la ville en matière d’alimentation

 

1/ Introduction :

Une relation durable doit être construite avec les entreprises en tenant compte de leurs impacts sociaux et environnementaux. Il est donc nécessaire premièrement d’établir les structures permettant le dialogue entre élus locaux, dirigeants d’entreprises, représentants de salariés et militants environnementaux. Et deuxièmement de passer d’une moins-disance fiscale générale à une véritable politique fiscale du XXIème siècle.

 

2/ Etat des lieux aujourd’hui

La politique du tout pour l’emploi de Vitré Communauté est basée sur une moins-disance foncière et fiscale.

Les terrains vendus aux entreprises par Vitré Communauté sont cédés à des prix particulièrement avantageux, sans discernement sur la portée économique du secteur. Différentes offres de la part de Vitré Communauté sur le prix des loyers dans les ateliers relais, sur la réalisation des parkings des entreprises… sont obtenues de manière arbitraire par certaines entreprises sans critères précis.

La fiscalité des entreprises est particulièrement faible notamment pour la Cotisation Foncière des Entreprises et pour le versement transports. Au-delà de la politique économique, cette fiscalité impacte la politique de la ville en terme de mobilité, delutte contre le réchauffement climatique et l’artificialisation des terres.

Enfin, la communauté de communes affecte 6 % de son budget au développement économique ce qui est une part très importante par comparaison à des intercommunalités équivalentes.

 

3/ Intérêt de l’objectif, pourquoi nous voulons aller plus loin ?

Le Pacte entreprise permet de valoriser les entreprises qui mettent en place des démarches pour améliorer les conditions de travail, les rémunérations et leur impact environnemental. Le pacte aurait des impacts positifs pour l'ensemble des acteurs que ce soit d'un point de vue économique ou écologique, en terme d’image des entreprises, de climat social ou de bien-être au sein de celles-ci.

 

 4/ Propositions

                La commission économie et emploi doit intégrée des représentants des salariés pour un tiers, des représentants des dirigeants d’entreprises et de la société civile notamment les militants environnementaux pour un tiers et des élus locaux pour le dernier tiers. Les décisions relevant de la politique économique du territoire sont prises par le conseil communautaire après proposition de la commission économie et emploi.

                La commission doit viser l’accueil d’entreprises qui permettront de faire évoluer l’économie locale vers des marchés plus porteurs, sortir le territoire de sa dépendance à l’agro-alimentaire, d’offrir des perspectives de carrières plus grandes aux travalleurs du territoire.

La fiscalité des entreprises doit prendre en considération les exigences de mobilité du territoire. Le versement transport doit être porté rapidement à 0,6 % soit des niveaux équivalent à Fougères et Saint-Malo.

Le Pacte Entreprise doit permettre de redistribuer une partie de l’enveloppe fiscale vers les entreprises engagés dans des processus innovants :

  • en terme de conditions de travail,
  • en terme de mobilité des salariés,
  • en terme de valorisation énergétique, de dispersion de polluants..