Coronavirus : « Vitré, solidaire et écologique » propose des solutions pour Vitré pendant et après la crise

Coronavirus : « Vitré, solidaire et écologique » propose des solutions pour Vitré pendant et après la crise

La crise sanitaire que nous vivons en ce moment est exceptionnelle et inédite. Cette pandémie bouleverse le quotidien des vitréens-nes et notre économie locale.

L’ensemble de l’équipe municipale, minorité comme majorité, se doit de prendre en considération les conséquences majeures pour les habitants, par la mise en place coordonnée de mesures protégeant tous nos concitoyens, notamment les plus vulnérables. Salariés les plus modestes, commerçants, indépendants, sans-abris, personnes âgées : être tous responsables c’est aussi être solidaires, pour que chacune et chacun se sache protégé.e.

Par conséquent et en complémentarité des mesures déjà prises par la municipalité dans plusieurs domaines, nous proposons des pistes et idées concrètes pour Vitré et Vitré Communauté pendant et après la crise:

Pendant la crise :

  • La réquisition, si nécessaire, des logements vacants par le maire afin de mettre à l’abri les victimes de violences conjugales mais aussi toute personne susceptible de ne pas avoir de lieu de confinement adapté et sécurisant, comme les sans domiciles fixes. Cette mesure ne pourra se faire sans coordination forte entre la municipalité, les organismes publics d’action sociale et les associations concernées. (Cette mesure est autorisée dans l’article L 2212-1° et 5° du Code Général des collectivités territoriales dans un contexte d’urgence.)
  • La coordination (guichet unique) des dispositifs d’aide alimentaire (Restos du cœur, Croix rouge, Secours catholique, Episol, CCAS, CDAS) afin de rendre leur action plus efficace et mieux répartie sur l’ensemble du territoire pendant et après la période de confinement. (Aujourd’hui, l’offre est inégale selon les communes de Vitré Communauté et les bénéficiaires doivent faire une demande auprès de chaque structure.)
  • La mise en place sur le site internet de la Ville d’une plate-forme numérique où des citoyens disponibles pourraient proposer de l’aide en complément du service proposé par le CCAS (lien social, portage de repas ou médicaments), notamment pour les aidants (Alzheimer, enfants handicapés…) et les familles mono-parentales. (En effet certains supermarchés refusent les enfants.) Cette plateforme pourrait également recenser l’ensemble des acteurs et des entreprises susceptibles d’apporter une aide technique (Exemple : création de visières etc..)
  • Organiser le prêt des tablettes numériques de la collectivité, habituellement utilisées par les élus dans le cadre de leur mandat (inutilisées et regroupées au même endroit en ce moment) pour que celles-ci puissent être utilisées par des personnes hospitalisées ou par des résidents des EHPAD afin d’entretenir un lien numérique avec leur famille mais aussi pour la continuité pédagogique dans les familles défavorisées
  • Gratuité de la télévision pour les personnes hospitalisées, privées actuellement de visite, et parfois dans l’incapacité de se payer ce service. Le coût de cette gratuité temporaire pour les personnes concernées pourrait être prise en charge par la municipalité de manière exceptionnelle.
  • Création d’un numéro local unique dédié à l’information des droits des salariés dans cette période complexe. Cette ligne téléphonique pourrait être organisée par la maison de l’emploi et maintenue plusieurs semaines après la fin du confinement. En effet, le gouvernement a semé le doute sur le droit de retrait protégeant les salariés, en étant ambigu sur la possibilité ou non, pour les entreprises de continuer leur activité. Il a également considérablement modifié les droits des salariés au nom de la relance économique, et ce, pour toutes les entreprises et jusqu’à la fin de l’année 2020. Des salariés inquiets pour leur santé ou continuant à travailler dans une activité non essentielle sont à la recherche d’informations sur leurs droits : les cas de fraude au chômage partiel apparaissent, les pressions pour mettre en congé les salariés sans accord d’entreprise sont constatées. Une ville solidaire au travail se doit d’apporter aux salariés des solutions sur leurs droits.
  • Organisation d’états généraux des associations fortement impactées par l’annulation de leurs événements et consultation immédiate de celles-ci afin de recenser les éventuelles problèmes de trésorerie et d’imaginer ensemble des réponses adaptées et ainsi, permettre la continuité de l’action culturelle et sportive de la ville.
  • La plus grande transparence dans la gestion de cette crise, des points de situation réguliers et l’ouverture de la cellule de crise aux élus de la majorité et de l’opposition afin de définir, ensemble, un plan d’action cohérent et solidaire à l’échelle de la ville et de notre territoire.

Après la crise sanitaire :

  • Organisation  d’états généraux de la transition écologique et sociale avec l’ensemble des acteurs associatifs, économiques et politiques du territoire pour nous permettre collectivement de transformer cette crise en une opportunité collective pour une relance économique en accord avec les enjeux de transition écologique et sociale. La sortie de crise doit être l’occasion de nous aligner sur les engagements pris par la France aux accord de Paris pour le climat.
  • Participer à la rénovation de la politique industrielle française pour nous assurer une plus grande autonomie économique. Celle-ci ne pourra sans faire en continuant une politique dite de « moins disance fiscale » dont on perçoit l’impasse mais par la formation des personnels et la volonté politique de diversifier nos secteurs d’activités économiques respectueux de nos impératifs écologiques.
  • Au-delà des discours, soutenir concrètement les soignants après cette crise en soumettant un vœu au conseil municipal pour amener la majorité à se positionner clairement et sans équivoque, sur la défense des services publics (Hausse des effectifs, maintiens des services publics locaux sur le territoire, modernisation des infrastructures).

Nos propositions faites ici permettraient d’améliorer, au plus vite, le quotidien des vitréen.ne. s les plus impacté.e.s par cette crise. Celle-ci n’interroge pas simplement notre politique en matière de santé publique: elle remet en question notre modèle de société et notre modèle économique.

Elle balaye certaines certitudes passées, à la fois sur le libre-échange, la dette publique, les baisses d’impôts et de cotisations, les effectifs et les dotations des services publics.

Certitudes que de nombreux élus locaux vitréens ont défendues par le passé.  La période difficile que nous vivons actuellement  doit véritablement constituer une  opportunité pour ré-imaginer l’avenir et mettre en œuvre, demain, des politiques en faveur d’une transition écologique et sociale.

L’équipe « Vitré solidaire et écologique » et ses élus (Erwann ROUGIER et Carine POUESSEL)